#20 – Stone Town

Nous voici à Stone Town. Le mouillage n’est pas très agréable, assez rouleur, mais nous avons hâte de découvrir cette belle ville classée au patrimoine mondial de l’UNSECO. Nous devons également passer à l’immigration pour demander une extension de visa d’1 mois et un Transier.

Nous découvrons une ville pleine de charme où nous aimons nous perdre dans ses ruelles.

Un peu d’histoire:

Stone Town tire son nom « ville de pierre » de ses maisons ornées construites avec de la pierre locale par des commerçants et des esclavagistes arabes au cours du 19e siècle. La ville est fortement marquée par le commerce maritime intense qu’il y a eu pendant de nombreux siècles entre l’Asie et l’Afrique.

Une partie de son patrimoine retrace également les influences coloniales britanniques et portugaises avant que l’île ne soit définitivement indépendante puis unie à la Tanzanie (ex-Tanganyika).

L’île est également tristement connue pour avoir été un centre névralgique de la traite orientale des esclaves. On estime qu’environ 700 000 esclaves ont été vendus via Zanzibar entre 1830 et 1863. En 1863, un traité a été signé pour abolir la traite des esclaves, accepté par les Britanniques et les sultans omanais qui gouvernaient Zanzibar à cette époque.

Stone Town était également un important point de passage pour de nombreux explorateurs européens, dont David Livingstone qui lutta contre l’esclavage. Les balcons et les treillis ornés de certains bâtiments reflètent cette ancienne influence européenne.

La ville de pierre de Zanzibar est un bel exemple des villes commerciales côtières swahili d’Afrique de l’Est. Son architecture, datant pour la plupart du XIXe siècle, témoigne des diverses influences qui sous-tendent la culture swahili, donnant un mélange unique d’éléments arabes, persans, indiens et européens.

Depuis qu‘elle est classée au patrimoine de l’Unesco, la ville fait l’objet de nombreux projets de rénovations. Ses monuments historiques les plus délabrés sont réhabilités petit à petit comme le Palais des Merveilles qui abrite le Musée d’Histoire et de Culture swahili et zanzibari.

La culture arabe de Stone Town est présente un peu partout dans la ville avec une architecture orientale dominante.

Les maisons étaient construites proches des unes des autres et en hauteur, permettant aux ruelles étroites de rester dans l’ombre et d’éviter aux habitants de trop souffrir de la chaleur durant les journées chaudes. Le vent provenant de la mer apportait également de la fraîcheur dans les rues de la ville.

Les habitations arabes se démarquent par leur forme souvent carrée, avec une grande cour intérieure qui permet à la lumière du jour de circuler partout dans la maison.

Les maisons étaient dépourvues de jardin ou de clôture, les familles arabes étant habituées à rester proches les unes des autres. D’ailleurs de nombreux bâtiments étaient reliés entre eux par des passerelles, comme des petits ponts encore visibles aujourd’hui au premier étage des logements. De cette façon, les femmes du foyer pouvaient facilement rendre visite aux parents et amis sans avoir à sortir dans les rues de la ville.

Visite du Old Fort

Ce bâtiment, certainement parmi les plus vieux de Stone Town fut construit par les arabes Omani, entre 1698 et 1701, sur les ruines d’une ancienne église portugaise, construite un siècle plus tôt, dont on peut encore apercevoir un des murs à l’intérieur de l’édifice.

Ce « Vieux fort », un grand bloc carré, bordé de créneaux, de couleur marron, a cessé d’avoir toute utilité militaire dans le courant du 19ème siècle. Il fut par la suite utilisé comme prison, dépôt de trains, ou bien comme club de tennis féminin !

Notre escale à Stone Town se termine par le passage à l’immigration.

Nous devons obtenir une extension de visa d’un mois (ce qui est très facile en temps normal) afin de visiter Zanzibar et Pemba (l’île au Nord). Nous nous rendons dans les bureaux du port de l’arrivée du ferry. L’immigration accepte de nous renouveler le visa uniquement pour 1 semaine car, selon leur avis, 3 mois suffisent pour visiter toute la Tanzanie… Nous venons de passer 2 mois à rénover Blue Wave… Quand nous leur disons que nous voyageons en famille sur un voilier, alors là c’est l’incompréhension. Bref, la responsable nous dit d’écrire une lettre au bureau central pour expliquer notre souhait de rester de poursuivre notre séjour. 

Nous nous rendons au bureau central qui nous délivre une extension pour 1 mois très facilement, sans discuter.

Retour aux autorités maritimes où nous devons faire tamponner un transiter. C’est un papier précisant que nous allons traverser la Tanzanie. Nous courrons les différents bureaux pour que chaque autorité pose son tampon, mais aussi nous réclame des Shilling. Nous finissons par obtenir ce précieux document. Un passage au marché pour acheter des fruits et légumes et hop, départ pour les îles.

Nous avons hâte de gonfler la wing !

Recommended Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *