Départ pour la Tanzanie !

08/04/2021

Le départ tant attendu.

J’ai des picotis dans le ventre, ce qui me rappelle le départ pour l’Inde, il y a 10 ans maintenant. Ça date, oui… on pris un p’tit coup de vieux derrière les oreilles depuis.

Arnaud mon frère nous emmène à l’aéroport de Lyon, qui est désert. On sent bien l’impact du confinement. 

Arrivés à l’enregistrement, première surprise. La dame nous dit « vous Avez remplis le formulaire médical? » « non, je ne savais pas qu’il fallait remplir ce document, mais vous pouvez me le donner et je le remplis » « on en a pas, ça se fait en ligne 😠  … bon, vous le remplirez dans l’avions (au final nous l’avons rempli à notre arrivée à Dar Es Salaam , dans l’aéroport).

La dame: «  vous avez des bagages trop lourds, il dépassent 32 kg qui est la limite de poids dans le transport de bagages. » « euh, ok mais sur le site de la compagnie, c’est bien précisé 40kg par personne » « oui, mais en plusieurs bagages, vous devez réorganiser vos bagages, vous pouvez acheter des bagages dans les magasins de l’aéroport »…. C’est une blague, comment pouvions connaitre cette info? On bosse pas chez Air France.

Bon, heureusement que nous avions le Grab Bag vide dans le sac.

Et hop, on re-vide tous les bagages pour répartir dans les différents sacs et ne pas dépasser 32 kg.

Retour à l’enregistrement: « je ne suis pas sûr que votre motif Impérieux soit valable, vous verrez avec la police au frontière ».

Petite mise en pression dès le matin, on adore. Avec Charlotte fatiguée qui pète un plomb dans la file d’attente 🤣 

L’aventure c’est à fond, ou pas du tout.

Bon, passage de douane: parfait ! Ah non, lorsqu’il a fallu passer doudou baleine au rayon X… comment dire… Charlotte n’a pas du tout, du tout apprécié… Et les contrôleurs français sont pas vraiment children friendly…

Police aux frontières: parfait, notre motif était bien « impérieux ». Il faut dire que les enfants sont de super passe-droit, on gagne en capital sympathie.

Hop, décollage pour Istanbul, l’avion est presque plein. On se réjouissait de notre petit Turkish red Wine à bord, et bien non !!. En 10 ans , les choses ont changé sur Turkish Airline. Plus d’alcool. Zut, ce sera jus de pomme (non fermenté) moins sexy 😝.

Arrivée à Istanbul, nous découvrons le luxe -bling-bling pas classe, des magasin de luxe Français. 

On se fait raquette en achetant une pâtisserie et 2 boissons, puis direction la porte d’embarquement. En attendant, petit passage au wc accompagné de Charlotte (si non, c’est trop calme de pisser seule) 😜 qui me dit bien fort: « tu fais pipi ou caca maman? » 😬 « plus fort ma chérie, je crois qu’ils t’ont pas entendus en haut de la tour de contrôle ».

On monte dans le bus, sous la pluie et le froid.

 

Décollage à 18h30, un peu mouvementé en raison des nuages. Charlotte a bien faillit remplir le petit sac mis à disposition devant nous… J’avoue que le « faillit » a suffit à me mettre dans le mal.

Charlotte aura loupé tous les plateaux repas, dormir ça n’attend pas.

Arrivés à Dar Es Salaam à 4h00, changement de décors. 28°c, les palmiers, 90% d’humidité. ça nous rappelle notre arrivée en Inde sous la mousson.

Les gens sont cool ma poule, beaucoup moins stressés que chez nous. Une petite cure africaine va faire du bien. La police aux frontières chante et regarde Youtube tout en contrôlant nos passeports.

 

Il est tôt, notre check in du airbnb est à 11h, nous avons le temps de faire une petite sieste avant de négocier un taxi pour effectuer les 13 km avec tous nos bagages.

On galère à trouver le logement. Il n’y a pas de numéro de maison. C’est l’Afrique. Mais tous le monde est prêt à nous aider. Une commerçante appelle un ami au téléphone. On tourne et retourne dans le quartier. On finira pas trouver le logement après 1h30.

Ouf, un peu de climatisation ne fera pas de mal pour s’adapter en douceur.

Dans la journée, on cherche quelques commerces pour acheter de quoi se faire à manger et un adaptarteur électrique. Et oui, on a zappé qu’ici en Tanzanie, c’était des prises 3 branches.

Globalement , faire ses courses en Tanzanie est beaucoup plus chère que ce que nous pensions. Tomate: 1,5 euros, 1 pomme 0,36 euros.

Tout ce qui est importé est hors de prix (1 litre de lait de riz: 10 euros, 1 boite de vache qui rit:  9 euros.

Nous allons donc modifier drastiquement notre régime alimentaire 🤣 

Les odeurs, le bruit, les sourires, la chaleur… tous est dépaysant.

 

Vivement demain que nous visitions Blue Wave

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *